Last Tango In Halifax, saison 1

Last Tango In Halifax, série britannique créée par Sally Wainwright, raconte les retrouvailles de deux septuagénaires veufs, Alan et Célia, via facebook après 60 ans sans s’être vus. Romance, drama familial, comédie, Last Tango est un peu tout à la fois, si bien que chaque épisode est un plaisir à suivre.

La première saison, de 6 épisodes d’environ une heure, prend ainsi le temps de brosser le portrait des différents personnages et de montrer l’évolution de leurs relations, sans précipitation, sur un modèle classique de rencontre entre deux familles à première vue différentes. Le point de départ donne lieu à des scènes de franche comédie efficaces, dans un pilot aussi drôle que touchant, qui précède les micro-répercussions dramatiques sur les divers membres de la famille. Les retrouvailles sont en effet l’origine de bouleversements en série, révélations, conflits, pour la galerie de personnages secondaires, qui assurent ainsi la dynamique narrative de la saison.

 Peu à peu, les secrets sont mis au jour, malgré le personnage, ou d’une tout autre façon que celle qu’il avait lui-même prévue. C’est aussi le charme de la série qui ne manque pas d’inspiration pour jouer de surprises en surprises et insuffler un peu de tension dans sa narration et son rythme plus lent : course-poursuite en voiture, égarements en campagne,… C’est toujours l’occasion de provoquer des situations telles que les personnages sont plus à-mêmes de se confier, sans en abuser non plus et en maintenant dès lors un ton authentique qui favorise autant l’humour que l’émotion. La série suscite d’ailleurs parfois joie et tristesse simultanément, les retrouvailles heureuses d’Alan et Célia ne vont par exemple pas sans le regret, à peine déguisé, qu’elles aient été si longtemps retardées. Ce secret qui aura été le plus longuement gardé aura déterminé deux vies entières, et c’est là qu’on saisit bien, comme les autres membres de la famille, les enjeux pour une vie de certains faits, certaines décisions du moment, et du même coup l’importance au fond des petites histoires qu’elle nous raconte.

Impossible de ne pas s’attacher à ces personnages, tant ils nous sont montrés tels quels, positifs et bourrés de faiblesses en même temps, tous également attachés les uns aux autres, et particulièrement à Alan et Célia, le couple dénominateur commun qui dans son amour semble réunir, parfois difficilement, les deux familles. L »interprétation est en plus remarquable pour chacun des personnages, au point de les enlever parfois à des éléments d’intrigue déjà vus, pour leur rendre leur intime singularité.

Bref, on s’attache vite à Last Tango In Halifax. Histoire touchante qui serre ces enjeux personnels de près, ensembles, l’un après l’autre, en empruntant quelquefois des chemins inattendus, elle s’avère très agréable à regarder et bénéficie d’un casting parfait. Subtile en se donnant l’apparence la plus simple et authentique qui soit, elle échappe finalement aux écueils que son intrigue convoquait de loin, pour toujours au contraire privilégier ses personnages, leurs faiblesses, leurs forces, leurs histoires et leur présent.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut