[Critique] Le Rituel : un beau survival

Le Rituel, dernière sortie chez Netflix, est une belle réussite horrifique. Malgré sa mouture classique, le survival forestier surprend par la beauté de sa photographie et de ses monstres.

Un survival classique

Le Rituel évoque sans complexes Blair Witch ou The Kill List, en reprenant une fois de plus une histoire de randonnée entre amis qui dérive vers le survival forestier. La traque angoissée des quatre personnages s’organise autour de disparitions régulières et bruits de fond inquiétants, malheureusement, tout ne prend pas tant c’est vu et revu. S’il joue moins de la désorientation et de l’angoisse de l’errance, c’est qu’il prend aussi le parti de ne pas entièrement perdre ses personnages dans ce paysage scandinave pour mieux les laisser s’enfoncer, en vérité, dans leurs propres cauchemars. À ce titre également, Le Rituel fait dans le classique, tenant pour enjeu principal associé et assimilé à celui de la survie, celui d’une sorte de rachat moral ou de mise à mort d’un traumatisme passé.

Une superbe cinématographie

Le film de David Bruckner est moins une réussite pour son efficacité que pour sa beauté esthétique. Dans une grande économie de moyens, la réalisation mise sur son décor magnifique (filmé en Roumanie, l’intrigue doit toutefois se dérouler en Suède) pour pencher vers un film de monstre, appliqué à la mythologie nordique. La forêt est encore le lieu du rêve-cauchemar comme de la magie-sorcellerie, dans une reprise des codes du merveilleux jusqu’à leur exécution la plus terrifiante qui soit. Le Rituel a fait de sa créature une divinité aussi belle que repoussante, évoquant presque l’imagerie de la série Hannibal dans sa manière de montrer les cadavres dans la nature sauvage. Une fois de plus, si la structure narrative ne fait pas dans la nouveauté, la mise en scène de la confrontation au traumatisme est quant à elle saisissante de beauté.

Le Rituel est un survival inégal, qui manque d’efficacité mais se rattrape par la beauté de sa cinématographie. Il reste nettement supérieur à d’autres sorties horrifiques de Netflix (The Open House…) et vaut le coup d’œil, qu’on soit amateur du genre ou non.

[usr 3.5 size=20]

Réalisation : David Bruckner
Scénario : Joe Barton, Adam Nevill (roman)
Avec Rafe Spall, Arsher Ali, Robert James-Collier
Sortie française le 9 février 2018 (Netflix)
Horreur

Un groupe d’amis se réunit pour une randonnée en forêt, mais une présence menaçante s’y cache et les suit…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut