[Critique] Solo : a Star Wars Story : un western intergalactique décevant

Nouvelle sortie pour la saga Star Wars, avec le spin-off Solo : A Star Wars Story, consacré à la jeunesse de l’un des héros les plus charismatiques du cinéma de science-fiction, Han Solo. Alors que le casting avait déjà suscité des réactions négatives, partagées devant le choix de Alden Ehrenreich pour interpréter le héros, le film semblait malgré tout prendre la bonne voie : celle d’un western intergalactique ! Malheureusement, rien de tel à l’écran et les craintes qu’on a pu avoir se confirment rapidement. Solo : a Star Wars Story ne parvient jamais à s’élever à la hauteur de son héros et de la saga. Une déception.

Un western sans souffle

Solo : a Star Wars Story pouvait se contenter de peu : une intrigue de braquage, à la sauce western intergalactique, dans l’univers à la fois riche et familier de la saga. Et il se présente comme tel, sans s’embarrasser de subtilité, dans l’intention évidente de proposer un divertissement honnête fidèle aux classiques du genre. Ainsi peut-on apprécier une séquence de braquage de train de haut vol, dont on a déjà pu apercevoir quelques scènes dans les bande-annonces du film. Mais si tous les ingrédients du pop corn movie sont là, pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ?

N’accusons pas Alden Ehrenreich de tous les maux, a fortiori quand on connait l’évolution de la production du film et que, dans le même temps, Emilia Clarke propose une si faible performance. L’acteur ne se hisse toutefois pas à la hauteur de Harrison Ford, quand bien même il ne s’agit pas là de « refaire » le Solo que nous connaissons toutes et tous : celui du spin-off reste franchement désincarné. Limité aux mimiques du personnage, à son sourire, son blouson et son insolence (tiède), ce Han Solo manque singulièrement de charisme et d’âme alors même que le scénario insiste lourdement sur ses bonnes intentions. Comme écrasé par l’ombre du mythe, Solo : a Star Wars Story revient aussi sur les moments clé de l’histoire de son héros, notamment la rencontre avec Chewbacca, coche la case et passe à la suite. Pas sûr qu’un fan de la première heure s’en satisfasse.

Faute de rythme et, surtout, d’une écriture incroyablement paresseuse qui laisse se dérouler le fil d’une intrigue à renforts de foreshadowing répétés et dialogues creux, ce spin-off manque cruellement de souffle et se laisse regarder dans l’attente du moment où, enfin, la magie opérerait. Même la bande-originale de John Powell laisse de marbre quand elle n’est pas trop envahissante. On s’accroche alors à la belle photographie de Bradford Young et quelques séquences dynamiques joliment chorégraphiées pour revenir au film. Autant dire que cela ne suffit pas.

Quelques pistes intéressantes

Solo : a Star Wars Story ne manque pourtant pas d’idées et de pistes réellement engageantes. La contradiction permanente du héros de la saga, qui se veut antihéros, franc voyou et voleur débrouillard, alors qu’il est au fond un rebelle au coeur tendre, toujours rappelé à ses valeurs fondamentales fait tout l’intérêt du personnage. Dans ce spin-off, ce faux paradoxe est encore à l’œuvre pour complexifier une intrigue à la base bien fade. La romance qui sous-tend le film s’enrichit d’une dimension politique et, malgré le jeu peu convaincant d’Emilia Clarke, nuance considérablement le simplisme relatif de l’intrigue de braquage/survie du héros.

Le problème reste que, dans cette mesure, Han Solo n’est pas loin de devenir le personnage le moins attachant et intéressant du spin-off qui lui est consacré ! Paradoxalement, c’est même en partie chez Lando (interprété par Donald Glover) qu’on retrouve le plus du bagout de Solo, bien qu’il faille subir une tentative d’humour balourde en son association avec le droïde du film, L3, qui repose sur une caricature culottée et malvenue des enjeux de le rébellion.

Solo : A Star Wars Story laisse sur le sentiment amer de sa totale inutilité. Quand Rogue One, le précédent spin-off de la saga, avait su se montrer malin et surprenant, l’origin story de Han Solo fait dans le convenu et manque cruellement de souffle, ou d’âme. 

[usr 2.5 size=20]

Réalisation : Ron Howard
Scénario : Lawrence Kasdan, Jonathan Kasdan
Avec Alden Ehrenreich, Woody Harrelson, Emilia Clarke
Sortie française le 23 mai 2018
Science-fiction

Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian… Ce voyage initiatique révèlera la personnalité d’un des héros les plus marquants de la saga Star Wars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut