[Critique] L’Île aux chiens : entre prouesse technique et maladresses de représentation

Sombre et attachant Comme à son habitude, Wes Anderson rend compte d’une histoire d’aventure aussi sombre qu’attachante. La prouesse technique de l’animation en stop motion ne surprend plus personne de la part de cet orfèvre, artisan perfectionniste du plan symétrique jusque dans les moindres détails. Le style Wes Anderson, tout carré qu’il soit dans son […]

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut